Une femme fantastique ★★☆☆

Mise à part leur différence d’âge, Marina, jeune et sexy, et Orlando, la cinquantaine grisonnante, forment un couple ordinaire. Ils dînent ensemble au restaurant, font l’amour, partagent le même lit. Sauf que Marina n’est pas une femme tout à fait ordinaire. Elle est transgenre et la famille d’Orlando n’a jamais accepté son existence.
Tout se complique pour Marina lorsque Orlando est victime d’une rupture d’anévrisme qui le tue. Seule avec son chagrin, Marina doit se battre pour être respectée. Se battre avec la famille d’Orlando qui refuse qu’elle assiste à ses funérailles. Se battre contre la société toute entière qui n’accepte pas son identité.

« Une femme fantastique » est un film à thèse. C’est ce qui fait sa force. C’est ce qui constitue aussi sa principale faiblesse.

Sa thèse est belle : l’identité transgenre et le droit d’être reconnue pour ce que l’on est. Nul doute que « Une femme fantastique » fera un tabac dans les festivals LGTB ou en introduction d’un séminaire queer. C’est à ma connaissance la première fois que la tête d’affiche est jouée, avec autant de justesse, par un acteur transgenre. De tous les plans Daniela Vega est parfait/e. Elle a l’ambiguïté qui fait la crédibilité de sa composition. Sa féminité va de soi et ne va pas de soi. Dans un plan elle coule de source ; dans un autre elle sonne faux.

Où le bât blesse-t-il ? Dans la perfection morale de Marina. Sa dignité dans le deuil, sa colère rentrée sont admirables. Trop. Eût-elle montré quelques failles, Marina aurait été plus humaine. Plus touchante. Et au final, comme Gloria dans le précédent film de Sebastián Lelio, plus convaincante.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.