Le Semeur ★☆☆☆

En 1852, dans un village reculé des Hautes-Alpes soupçonné de sympathies républicaines, tous les hommes ont été arrêtés et déportés. Les femmes, abandonnées à elles-mêmes, s’organisent. Elles redoutent autant qu’elles attendent l’arrivée d’un homme, qui pourrait mettre en péril leur sécurité mais aussi leur apporter une aide indispensable aux travaux des champs. Les plus jeunes passent entre elles un pacte : si un homme arrive, il sera l’amante de toutes. C’est alors qu’advient Jean qui prétend être maréchal-ferrant. Violette s’en éprend. Elle n’accepte pas de le partager.

Drôle de sujet que le livre de Violette Ailhaud L’Homme semence qui a inspiré ce premier film. Il aurait pu se prêter à plusieurs traitements : survival movie, romance, film érotique (voire pornographique !). Sur un thème très proche, Don Siegel a donné à Clint Eastwood le rôle d’un prédateur qui joue de sa séduction pour manipuler les femmes qui l’accueillent. Sofia Coppola dans Les Proies renverse le postulat de départ : Colin Farrell y devient la proie de ses hôtesses.

Rien de tel dans le film de la débutante Marine Francen. Et c’est bien là que le bât blesse. Il s’agit platement d’un film historique en costumes d’époque – alors même que rien dans le contexte du Second Empire ne vient justifier ce choix narratif. Aucune tension érotique entre Jean et ces jeunes femmes. La passion amoureuse qui l’unit à Violette tombe à plat. La sensualité moite qui devrait conduire les jeunes femmes du village à se jeter sur lui n’imprime jamais – sinon dans une unique scène plus maladroite que troublante.

Du coup on s’ennuie ferme. La direction d’acteurs peu inspirée et l’absence de rythme du scénario n’arrangent rien à l’affaire. Un film raté. Dommage.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.