Merci patron ! ★★☆☆


François Ruffin est le fondateur et le rédacteur en chef de Fakir, un journal satirique picard, tandis que Jean-Christophe Rufin est académicien et ancien ambassadeur. Ils n’ont rien en commun. Pas même le nombre de f de leur patronyme.

François Ruffin a décidé de réaliser un documentaire sur Bernard Arnault, le tycoon français qui préside aujourd’hui LVMH et qui construisit sa fortune sur la vente par appartements de Boussac Frères dans les années 80. Le documentariste marche sur les pas de Michael Moore, mêlant comme lui images d’archives et happenings culottés. Sans grand succès au demeurant, sa tentative d’infiltration de l’AG du groupe tournant court. Tout change quand il croise le chemin des Klur. Licenciés d’une usine du groupe Arnault, le père, la mère et le fils vivent misérablement du RSA.

C’est à cet instant que le film bifurque. Le documentaire d’investigation se mue en roman d’espionnage, François Ruffin décidant d’utiliser les Klur pour faire chanter LVMH. Rien de moins ! Alors que l’annonce de l’installation du multi-millionnaire en Belgique défraie la chronique, le journaliste fait le pari que le groupe voudra s’éviter la publicité d’anciens employés jetés à la rue.

Le plus désopilant est que la manœuvre fonctionne, au point qu’on se demande parfois si la suite du film n’est pas une fiction. On y voit une barbouze du service de sécurité de LVMH débouler chez les Klur et acheter leur silence. Avec un gros chèque. Un CDI chez Carrefour – dont Bernard Arnault est un gros actionnaire. Et un contrat dont nos pieds nickelés réussissent à retourner les clauses les plus léonines contre leur auteur.

Cette histoire occupe à elle seule les deux tiers du film. Du coup, l’analyse serrée des pratiques du groupe (délocalisations, licenciements) passe à la trappe. Restent quelques scènes hilarantes d’une histoire grand-guignolesque où on prend fait et cause pour le lumpenprolétariat dans son procès en ridiculisation du grand capital.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.