Avant que nous disparaissions ★★☆☆

Trois extra-terrestres débarquent sur notre planète et prennent possession de trois corps humains : un homme marié au bord du divorce, une lycéenne et un adolescent espiègle. Leur objectif est sans concession et rappelle les scénarios canoniques de la SF : envahir la planète et annihiler ses habitants. Mais les moyens pour y parvenir sont paradoxalement doux : pour préparer cette invasion, il leur faut apprendre à connaître les humains en leur volant leurs concepts d’une simple pression du doigt sur la temps. Ainsi du concept de « liberté », de « propriété », de « travail », de « subjectivité » et d' »amour ».

Le très prolifique Kiyoshi Kurosawa (Creepy, Vers l’autre rive, Yokuzai) nous livre un curieux film de science-fiction. Pas de petits bonhommes verts, ni de rayons lasers, mais, sur le mode dérangeant qui avait tant réussi à la série française Les Revenants, une anticipation « réaliste ».

La réussite de ce film étonnant vient de son parti-pris. Le postulat de base pourrait porter au rire, à l’incrédulité voire au doute : des humains au comportement bizarre se prétendent venir d’une autre planète. Sauf que le spectateur ne doute pas un seul instant. Il sait – parce qu’il a lu cette critique ou toutes celles qui entourent la sortie du film ou tout simplement parce qu’il a vu le titre et l’affiche du film avant d’entrer dans la salle – que ces trois extra-terrestres sont bien ce qu’ils sont et que leur projet est tout sauf aimable. Sauf que leur façon d’être n’a rien de menaçant ni d’inquiétant et que l’apocalypse qu’ils annoncent ne suscite pas l’anxiété.

Film d’extra-terrestre, Avant que nous disparaissions ne charrie pas la charge terrifiante du Village des damnés, de L’Invasion des profanateurs de sépultures, de X-Files ou des Envahisseurs.

C’est dans son dernier tiers que Avant que nous disparaissions révèle son propos. Les amateurs de pyrotechnies y trouveront leur compte, dans une scène époustouflante de combat entre un homme et un drone armé, qui mériterait d’être décryptée en école de cinéma. Mais les autres découvriront dans la scène finale, étonnante de douceur et d’amour, que loin de parler de petits hommes verts et de fin de l’humanité, Avant que nous disparaissions nous parle d’abord de nous.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.