Mourir peut attendre ☆☆☆☆

Depuis l’arrestation de Spectre (Christoph Waltz), James Bond (Daniel Craig) et Madeleine Swann (Léa Seydoux) croient pouvoir couler des jours heureux en Italie avant que leur passé ne les rattrape. Retiré en Jamaïque, l’ancien OO7 est sollicité à la fois par la CIA et par le MI6 pour remettre la main sur un biologiste russe kidnappé par une mystérieuse organisation.

Les deux phrases qui précèdent n’ont aucun lien entre elles et donnent l’impression d’avoir été écrites par un scénariste qui ne s’est pas relu ? En effet ! Ainsi commence pourtant le vingt-cinquième épisode – ou vingt-sixième si on inclut Jamais plus jamais tourné sous une licence parallèle – de la saga James Bond, dont la sortie a été maintes fois repoussée à cause du Covid.
Inutile d’ajouter qu’il s’agit du dernier épisode avec Daniel Craig : il faudrait vivre au Pôle Nord pour ne pas l’avoir entendu.

Les James Bond ont inventé les pré-génériques, ces mini-histoires qui précèdent le générique (sacramentellement filmé avec des images psychédéliques de naïades en ombres chinoises tandis que la starlette du moment, ici Billie Eilish, interprète un tube tonitruant). Mourir peut attendre nous en offre deux, interminables, sans lien apparent. Le premier se déroule dans une cabane perdue dans la toundra norvégienne ; le second dans un village perché d’Italie selon une chorégraphie qu’on a déjà vue cent fois (auto-moto-plongeon dans le vide et inversement). Après le générique proprement dit – une bonne vingtaine de minutes se sont déjà écoulées d’un film fleuve qui frôle les trois heures – changement de décor : nous voici – je l’ai déjà dit – en Jamaïque – où on le sait est né l’agent OO7 sous la plume de Ian Fleming en pleine Guerre froide.

Selon un schéma éprouvé, James Bond va ensuite faire le tour du monde. Cuba où il croise l’agent Paloma (Ana de Armas, la seule actrice à tirer son épingle du jeu et dont le décolleté est déjà iconique). Puis Londres, au QG du MI6 où Bond retrouve M (Ralph Fiennes) et Q (Ben Whishaw) sans oublier Miss Moneypenny (Naomie Harris) et la nouvelle OO7 (car le politiquement correct a transformé OO7 en agent femme … et noire – et lesbienne peut-être aussi pour faire carton plein ?). La Norvège. Et, pour finir, une île des Kouriles – il y aurait une étude philosophico-géographique sur la place de l’île dans la saga des James Bond.

D’un lieu à l’autre se déroulent les mêmes scènes attendues, alternance de courses-poursuites censées nous couper le souffle et de face-à-face entre notre vieillissant héros, le regard toujours bleu roquefort et la mâchoire crispée, et des méchants qui ne font plus vraiment peur (on a déjà dit tellement de mal de Rami Malek, dans le rôle de Lyutsifer (sic) Safin, que j’aurai la décence de ne pas tirer sur l’ambulance). La fin surprend. Non, je me trompe. Elle ne surprend pas. Mais elle détonne par rapport à celles de tous les James Bond. Et qu’elle ne surprenne pas l’en prive de tout son sel. Elle n’a qu’une seule qualité : mettre enfin un terme après 2h43 (en fait plutôt 2h30 car le générique de fin doit bien durer une quinzaine de minutes) à ce long calvaire dont je suis ressorti les paupières lourdes, les oreilles endolories, le cerveau débranché.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.