Guermantes ★★★☆

La troupe de la Comédie-Française apprend que Guermantes, qu’elle est en train de répéter sous la direction de Christophe Honoré, ne sera pas représentée à cause de la pandémie de Covid. Elle décide néanmoins, après quelques tergiversations, de poursuivre les répétitions pour le plaisir de rester ensemble.

Je ne me suis pas précipité dans les salles pour voir Guermantes sorti depuis le 29 septembre. Car son sujet et sa bande-annonce m’inspiraient quelques réticences. J’appréhendais un film-concept, en roue libre, sans scénario, figé dans la contemplation narcissique d’une troupe d’acteurs sans boussoles. Au surplus, j’ai une relation compliquée avec le cinéma de Christophe Honoré dont le parisianisme revendiqué et l’entre-soi LGBT me tapent un peu sur le système.

Mes préjugés étaient confortés par les premières scènes du film qui démarre après que la troupe a décidé de suspendre les représentations. Je trouvais qu’on ratait un épisode qui aurait pu être passionnant et qui résonnait diablement avec les temps troublés que nous traversons : les débats au sein d’une collectivité sur la meilleure façon de répondre à l’épidémie. Faut-il suspendre les représentations au nom du principe de prudence, pour éviter qu’elles provoquent des contaminations parmi les acteurs ou parmi les spectateurs ? Ou faut-il les maintenir, avec les précautions idoines, pour que la culture continue à vivre et que le lien social ne disparaisse pas ?

Sevré des réponses à ces questions là, j’ai donc pris l’intrigue en route, dans une direction qui ne m’intéressait pas vraiment, celle-là même qui constitue le sujet du film : la vie d’une troupe placée dans la situation un peu surréaliste de répéter une pièce qu’elle ne jouerait pas.

J’aurais pu ne pas accrocher et faire miennes les critiques, certaines assassines, qui descendent Guermantes en règle : un film long (2h20) brouillon, narcissique, qui s’épuise dans une succession de scènes anecdotiques… Miraculeusement il n’en fut rien. Le visionnage de Guermantes fait partie de ces expériences étonnantes qui me font tant aimer le cinéma : j’y ai pris un plaisir que je n’escomptais pas (la réciproque hélas est vrai et je suis tout aussi souvent déçu par un film qui aurait dû m’enthousiasmer).

Je me suis laissé emporter par la fougue, par l’énergie de cette brochette d’acteurs exceptionnels que, faute de fréquenter assidûment le Français, je n’identifiais pas, à quelques célèbres exceptions près (Laurent Lafitte, Dominique Blanc…). Comme Proust se plaisait dans La Recherche – et tout particulièrement dans son troisième tome – à décrire avec une lucide ironie les mœurs de la haute bourgeoisie qu’il fréquentait, Honoré se fait l’entomologiste de cette haute société qu’il connaît bien : les gens de théâtre. Certes, les histoires que Guermantes raconte sont minuscules : untel a peur de vieillir, un autre de ne plus séduire, une autre encore hésite à quitter la troupe… mais elles s’entrelacent avec une telle fluidité, elles sont présentées avec une telle intelligence qu’il n’est pas excessif de parler au sujet de Guermantes, même si les mots semblent galvaudés et exagérés, de grâce voire de génie.

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.