Yalda, la nuit du pardon ★☆☆☆

Ayat est le producteur de l’émission de téléréalité à succès « Le Prix du pardon ». Chaque semaine, un condamné vient y implorer le pardon de sa victime pour obtenir, comme la loi coranique le permet, la commutation de sa peine.
C’est le cas, le soir de « Yalda », la fête zoroastrienne qui marque le début de l’hiver, de Maryam qui a été condamnée à mort pour avoir tué Nasser, son époux. La très jeune femme s’était trouvée, à la mort de son géniteur, un père de substitution dans ce riche publicitaire, déjà père de famille. Encouragée par une mère carnassière, elle avait conclu avec lui un « mariage temporaire ». Pour ne pas spolier sa fille unique, Nasser avait interdit à Maryam de tomber enceinte. Mais la jeune femme n’avait pas respecté cette clause du contrat.

Massoud Bakhshi fait partie de ces nouveaux visages du cinéma iranien qui prospèrent sur les traces de Ashgar Ferhadi. Il montre à l’Occident, dans des films qui ne franchissent pas toujours les foudres de la censure en Iran, l’image d’un pays pris en étau entre le respect étouffant de la loi des mollahs et un désir bouillonnant de modernité.

Le pitch de Yalda était excitant. Unité de temps, unité de lieu, unité d’action : le temps d’un show de téléréalité, la lumière serait faite sur un crime sordide dont on aurait imaginé qu’il cacherait son lot de détails croustillants, révélateur de l’impasse d’une société malade de ses interdits.

Hélas, Yalda est l’exemple parfait d’un film plombé par les défauts d’une écriture brouillonne. Sauf à être familier de la loi coranique, on comprend mal les termes du débat. Dès le départ, les dés semblent pipés : si Mona, la fille de Nasser, de qui Maryam implore le pardon, a accepté de participer à cette émission, n’est-ce pas qu’elle était déjà prête à la blanchir de son crime ? On ne comprend guère mieux les rebondissements de l’intrigue qui scandent l’émission. Alors que le film voudrait – si j’en ai bien compris le sens – nous rendre sympathique Maryam, ses jérémiades produisent l’effet inverse.

Les deux actrices qui incarnent Maryam et Mona ne déméritent pas. Mais leur prestation ne suffit pas à sauver un film englué dans une intrigue trop confuse pour qu’on en comprenne les subtilités. Dommage….

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.