Red Sparrow ★★★☆

Dominika Egorova (Jennifer Lawrence plus séduisante que jamais), danseuse étoile au Bolchoï dont la carrière vient d’être brisée par une mauvaise fracture, est recrutée par son oncle (Matthias Schoenaerts plus méchant que jamais) dans les services secrets russes. Elle reçoit une formation de choc de la directrice de l’École d’État n° 4 (Charlotte Rampling plus sadique que jamais) aux techniques les plus manipulatrices du sexpionnage. Sa première cible est un espion de la CIA (Joel Edgerton plus américain que jamais) qui protège une « taupe » russe logée dans l’appareil de sécurité de l’État. 

Adapté d’un thriller à succès de Jason Matthews, Red Sparrow ajoute une corde à l’arc déjà richement rempli de Jennifer Lawrence. Dirigée par Frances Lawrence – qui avait déjà réalisé les trois derniers opus de la tétralogie Hunger Games – le geai moqueur devint moineau rouge. Elle paie de sa personne dans le rôle d’une jeune Russe contrainte de rejoindre les rangs des services secrets. Son personnage n’est pas sans rappeler celui de Nikita de Luc Besson ou celui de Charlize Theron dans Atomic Blonde (même perruque platine, même ambiance de guerre froide). Les féministes s’émouvront de l’image dégradante donnée des femmes, condamnées à user de leurs charmes pour réussir et à subir la violence et la domination masculines. Elle n’auront pas tort. On leur répondra que, comme dans les revenge movies, Jennifer Lawrence retourne contre ses bourreaux la violence qu’ils lui ont infligée.

On ressent un plaisir assez primaire à ce blockbuster bien ficelé, bien joué, une sorte de James Bond féminin, filmé entre Moscou et Budapest, Vienne et Heathrow. Sa conclusion est aussi complexe que jubilatoire. Si le succès public est au rendez-vous, une suite sera sans doute tournée. On ne s’en plaindra pas…

La bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.