Madeleine Collins ★★☆☆

Judith (Virginie Efira) mène une double vie entre la Suisse et la France. Mariée en France à Melvil Fauchet (Bruno Salomone), un célèbre chef d’orchestre, et mère de deux adolescents, elle prend prétexte de son métier d’interprète pour passer la moitié de la semaine en Suisse auprès d’Abdel (Quim Gutiérrez) et de sa fille Ninon.
Mais Judith est bientôt débordée par la somme de mensonges et de secrets dont sa vie est lestée.

Madeleine Collins repose sur deux atouts.

Le premier est son actrice principale. On dirait que la France compte désormais deux moitiés : l’une qui adore Virginie Efira (j’en suis !) et l’autre qui, tout en reconnaissant son charme et son talent, considère qu’on commence à l’avoir trop vue (j’en serai sans doute bientôt). Il est vrai qu’on l’a beaucoup (trop ?) vue ces temps derniers : Lui, Benedetta, Adieu les cons, Police, sans compter En attendant Bojangles qui sortira dans deux semaines. Elle est à chaque fois parfaite dans des rôles de femme puissante aux fêlures bravement affichées. Et Madeleine Collins repose, plus encore que les films précédemment cités, sur ses (graciles) épaules. Bref, selon que vous aimez V.E. ou pas, courez voir ce film ou abstenez-vous.

Mais Madeleine Collins a un second atout et non des moindres : l’épais mystère sur lequel il est construit. Jetez un œil à sa bande annonce, remarquablement construite, qui a l’intelligence de nous mettre l’eau à la bouche sans trop en dire. Pendant une heure, le film nous tient en haleine autour de ce suspense. Son élucidation s’avère un peu décevante. « Tout ça pour ça » a-t-on envie de dire, comme souvent d’ailleurs on se le dit en refermant un polar.

Pour autant, ne soyons pas bégueule et saluons le plaisir pris durant la première heure de Madeleine Collins. Sans oublier le charme et le talent de Virginie Efira qu’on courra revoir dans deux semaines dans En attendant Bojangles sans crier à l’overdose.

La bande-annonce

4 commentaires sur “Madeleine Collins ★★☆☆

  1. Merci pour ce post qui me donne envie d’aller voir VE,
    car comme vous je l’apprécie et de plus en plus d’ailleurs. Je ne me lasse jamais d’une bonne actrice aux multiples facettes, je la préfère largement à Deneuve qui nous fait du Deneuve depuis des décennies.
    Et je profite de ce petit mot pour vous remercier de m’avoir fait partager votre blog que je lis chaque matin avec beaucoup de plaisir.
    Très bonnes fêtes de fin d’année
    Carole

  2. Vu hier. Efira y est juste en angoissée qui doit gérer sa double vie sans jamais un moment de répit.
    Cette façon un peu appuyée de nous faire voir son couple (avec Salomone) assailli de messages et autres notifications en permanence m’a agacé.
    La psychologie des personnages l’emporte sur une fin à l’emporte-pièce.
    Merci pour votre critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.